Holopenspace

Un espace luxueux pour les collaborateurs

Espace de travail de type plateau, le travailleur ou la travailleuse peut travailler avec ses collègues situés à distance comme si il ou elle était avec eux physiquement à l’aide de l’intégration de nombreux outils en réalité virtuelle ou augmentée.

Dès le casque enfilé, on se situe dans un espace de travail luxueux posé au sommet d’une montagne, au coeur de Manhattan, au bord de la Méditerranée, dans l’espace en orbite autour de la terre ou même dans un lieu parfaitement imaginaire. L’espace de travail lui, est parfaitement réaliste et compatible avec une ambiance de travail, il n’a de différence avec l’espace réel que les dimensions sont telle quelles permettent de travailler en équipes isolées les unes des autres par une espace de la taille qui convient à chaque équipe. Quelques mètres seulement pour s’entendre d’une équipe à l’autre ou une centaine de mètres pour pouvoir rire sans gêner l’équipe voisine, ici l’espace est abondant et les distances franchies en un clic.

Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts

Issac Newton

Des outils inédits qui augmentent la productivité

Combien d’écrans ?

Peu importe combien votre collaborateur veut d’écrans, ni la taille que chaque écran fera, il peu décider seul d’ajouter des écrans dans son espace de travail, de le mettre où il veut et de la taille qui lui convient. Ses écrans ne subissent jamais le contre jour ou les reflets du soleil dans son casque même en réalité augmentée. De plus l’écran n’a pas besoin de support, il peut le mettre bien en face de lui afin de travailler confortablement.

Si le collaborateur doit surveiller un grand nombre d’indicateurs il peut à loisir se constituer des murs d’écrans de visualisation de ces indicateurs. Si un autre a besoin d’un écran pour développer du code, bien en face de ses yeux, et d’écrans annexes pour lire sa spécification, visualiser les schémas de base de données, voir les bugs, visualiser le résultat de ses développements, il peut aussi le faire et organiser ces écrans en arc de cercle autour de l’écran principal.

Clavier virtuel ou réel-virtuel ?

En général pour travailler, le collaborateur aura besoin de son clavier. Il pourra choisir de projeter sur son clavier les lettres sur les touches comme il lui convient, un QUERTY ou un AZERTY, ce qui est utile dans le contexte dans lequel il travail. Le clavier pourra changer dynamiquement lorsque le le collaborateur regarde tel ou tel écran en fonction des propriétés de son profil.

De plus en déplacement il n’aura pas nécessairement un clavier sous la main. Il pourra dans ce cas disposer un clavier virtuel n’importe où, de préférence sur un espace plan pour améliorer la sensation.

Les holopapillons

En référence au post-it qui est une marque déposée, on choisi le terme de papillon adhésif, et dans le monde virtuel d’holopapillon.

Si le papillon adhésif du monde réel a besoin d’un support pour coller, se décolle sans cesse sur certains supports, est sensible aux courants d’airs, les papillons du monde virtuel, adhère sans effort et sans faille même suspendus dans l’air. Vous leur donnez la couleur qui vous convient, la taille qui vous convient, vous les gardez privés, vous les partagez avec une personne, avec un groupe de personne ou avec tout le monde. Bien plus puissants que leur pendant réels, ils ont même dont d’ubiquité ! Ils peuvent être ranger dans un ou plusieurs classeurs pour être retrouvé assit au bureau en même temps qu’ils étiquettent un objet ou un lieu dans le bâtiment et qu’ils sont exposés sur un mur de gestion de projet. Vous pouvez choisir de vous mouvoir en affichant vos papillons, ou une catégorie de ceux-ci, ou décider de les rendre transparents.

Le stylo tout usage

Un stylo dans la main, le collaborateur commence à écrire sur un mur, il peut changer la palette des couleurs, l’épaisseur du trait, le type de stylo (feutre, crayon, fluorescent, etc). Il dessine et vous pouvez vous aussi décider de dessiner avec lui. Une IA fait de la reconnaissance d’écriture et reconnait aussi les formes simple telles que les boites, les sphères etc. Le collaborateur peut décider de faire de la reconnaissance ou de conserver son dessin brut, il peut d’ailleurs basculer tout ou partie du dessin d’un mode à l’autre a posteriori. Evidement son dessin peut être rangé, envoyé à ses collègues, collé dans un document etc.

Alors que le dessin commence à être trop étalé sur le mur, le collaborateur en réduit la taille d’un geste des deux bras et continu à partager ses idées avec ses collègues en complétant son oeuvre.

Plus loin, un autre développeur fait une démonstration de son dernier code à un utilisateur sur un écran virtuel. Chaque fois que la démonstration n’ai pas parfaitement alignée avec le besoin, l’utilisateur explique, stylo en main ce qui est attendu, les images de la discussion sont envoyées aux deux personnes d’un simple geste.

Le stylo sert aussi à écrire sur les holopapillons, sur une holofeuille, sur un pdf téléchargé dans l’holoespace.

Des outils intégrés dans l’holoespace

Outil de gestion de tickets / projets

Des outils tels que Jira ou Trello d’Atlassian se sont imposé sur le marché des logiciels de suivi de projet agile. Un module permet d’intégré la notion de papillon et celle de Jira ou Trello. Dans l’espace virtuel on rédige des holopapillons à l’aide d’un stylo, post it que l’on peut alors coller sur un tableau à colonnes qui correspondent aux colonnes de Jira ou de Trello. L’utilisation des API Jira et Trello permet de mettre les outils Jira et Trello directement dans l’Holoespace.